Rechercher

Les Archives Départementales

Imprimer cette page

Abbaye Notre-Dame de MarcillyNombre de notices : 19

Personne physique
Famille
Personne morale
Lieu
Bâtiment
Auteur
Recherche plein texte
Dates
Fermer le formulaire de recherche

Sommaire

 

Présentation du fonds

-+
  • Inventaire sommaire analytique

  • par Maximilien Quantin, archiviste départemental, revu, indexé et rétroconverti au format XML conforme à la DTD-EAD (2002) par Céline Cros, assistante principale de conservation du patrimoine, responsable des archives anciennes, en 2014

  • Archives départementales de l'Yonne

  • Auxerre - 1882, 2014

  • Instrument de recherche produit au moyen du logiciel Arkhéïa Aide au classement de la société Anaphore sarl, version 3-12.01 du vendredi 6 juillet 2012. Date de l'export : lundi 20 janvier 2014 (18:04 h) et du logiciel Oxygen XML Editor 12.1

Cote(s) : H 1882-1897
Date(s) : 1372-1791
Importance matérielle (mètres linéaires) : 0,20
  • Contexte :

  • Nom du producteur

    Abbaye Notre-Dame du Bon-Repos de Marcilly (Provency, Yonne)

  • Présentation du producteur

    L'abbaye est fondée en 1239 par Bure de Prey, seigneur de Préy, et Marie d'Anglure, sa femme. D'après les termes de la charte de fondation, établie comme lieu de sépulture des seigneurs de Noyers, par ailleurs parents du donateur, elle est habitée par un groupe de religieuses venues de l'abbaye Notre-Dame-des-Isles et dirigée par Béatrice de Noyers. D'abord placée sous l'autorité de l'abbé de Clairvaux, elle est rattachée à l'abbé de Fontenay dès 1251.

    Une légende formée de l'apparition de la Vierge, prenant les traits de l'épouse d'un chevalier venant de conclure un pacte avec le Diable, en 1200, vaut à l'abbaye son vocable de "Notre-Dame-du-Bon-Repos", et le développement d'un pèlerinage existant encore au milieu du XVIIIe siècle.

    La donation initiale de Bure de Prey dote l'abbaye de terres et de prés environnant une maison, qui sert dans les premiers temps de monastère. Cependant, dès 1256, les conditions d'implantation n'étant pas propices à la prospérité de l'établissement, la supérieure sollicite de l'évêque d'Autun le transfert de la communauté vers la léproserie de Cerce, située à quelques kilomètres. Le projet n'aboutit finalement pas, mais la maison de Noyers dote et consolide le temporel de l'abbaye qui dispose désormais d'un modeste domaine réparti entre Marcilly et Noyers.

    En 1460, les religieuses sont transférées à l'abbaye Notre-Dame-du-Réconfort (Saizy, Nièvre) et remplacées par des moines provenant de Fontenay ou de Clairvaux.

    L'abbaye, dévastée durant la guerre de Cent ans, puis pendant les guerres de Religion, est séquestrée en 1790 ; ses biens sont inventoriés au mois de novembre et vendus le 4 mars suivant. L'église médiévale est détruite en 1795 seuls subsistent le bâtiment de l'abbé, construit au XVIIIe siècle, et un colombier.

  • Modalités d'entrée

    Dévolutions révolutionnaires et réintégrations durant le XIXe s.

  • Conditions d'accès et d'utilisation :

  • Statut juridique

    Archives publiques

  • Modalités de reproduction

    Conformément au règlement de la salle de lecture

  • Sources complémentaires :

  • Bibliographie

    Gally (l'abbé), "Notre-Dame du Bon-Repos à l'abbaye de Marcilly-lès-Avallon", dans Bulletin de la société d'études d'Avallon, tome 9, 1867, p. 65-76 ;

    Parat (Alexandre), "L'abbaye de Marcilly", dans Bulletin de la société des sciences historiques et naturelles de l'Yonne, tome 79, 1925, p. 339-357 ;

    Wissemberg (Christophe), "Marcilly", dans Les cisterciens dans l'Yonne, Pontigny : Amis de Pontingy, 1998, p. 179-186.



Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Portail Départemental